Le Bal
à l'huile

Fondé en 1998, le groupe 
vous offre son deuxième album
T’en souviens-tu ? composé de chansons
du répertoire traditionnel québécois
avec une touche originale et actuelle!

La Formation

Patrick GouletPatrick Goulet

Voix principale

Montréalais d’origine et résident de l’Estrie depuis 25 ans, Patrick a été exposé très jeune à la chanson à répondre grâce aux fêtes familiales et à l’émission Soirée canadienne. Au milieu des années 1990, Patrick s’est associé à la formation Souvenance et parallèlement,  il a offert plusieurs spectacles en tant que chansonnier spécialisé en musique traditionnelle. C’est sa rencontre avec Jean Coupal, en 1997, qui a mené à la fondation du groupe Le Bal à l'huile. Depuis, Patrick a développé une façon unique d’interpréter les chansons traditionnelles. Cette originalité et ce « swing » particulier transparaissent à travers les chansons de «Maudit que j’filais ben » et de "T'en souviens-tu?".


jean_coupalJean Coupal

Voix et podorythmie

Natif de Bedford, Jean a eu un coup de foudre pour la musique traditionnelle en 1976 lors d’un spectacle des groupes Barde et le Rêve du Diable. Secrètement,  il a appris le violon de façon autodidacte avec des disques du Rêve du Diable et de la Bottine Souriante. Au début des années 1980,  il a fondé le groupe Ritournelle, mêlant le style chansonnier et le traditionnel. En 1997,  il a fait la rencontre de Patrick avec qui il a partagé le souhait de créer un nouveau groupe. L’idée est devenue un projet et le projet est devenu réalité: Le Bal à l’huile est né! Compositeur renommé de chansons traditionnelles,  notamment pour son succès , « Le ruisseau »,  Jean nous offre une de ses plus belles oeuvres sur le 1er album « Maudit que j’filais ben », soit « Les vieux garçons ».


olivier_brousseauOlivier Brousseau

Voix et guitares

Sherbrookois pure laine, Olivier est actif sur la scène musicale depuis 1999. Il est un auteur-compositeur-interprète qui a quatre albums à son actif. Il a également donné plus de 300 spectacles à travers la province, en plus de plusieurs tournées en France. Il est également membre du Trio des Cantons et du groupe Musique à bouches,  un sextuor a cappella masculin qui interprète des chants de la tradition d’ici et d’Europe. Par contre, c’est à titre de guitariste et de chanteur qu'Olivier a joint les rangs de la formation Le Bal à l’huile. Amoureux de la chanson traditionnelle et musicien accompli,  il apporte son énergie,  sa bonne humeur et son unique présence sur scène dans ce projet. C'est d'ailleurs lui qui nous interprète « L'ivrogne voyageur (les rats) » sur l'album « T'en souviens-tu? ».


isael_mcintyreIsaël McIntyre

Voix,  podorythmie et percussions

Isaël est un autodidacte qui a appris les rudiments de la podorythmie, avec un oncle amoureux du folklore, alors qu'il n'avait que 7 ans. Il a ensuite participé aux divers albums de l'auteur-compositeur Olivier Brousseau autant pour ses talents de percussionniste que pour sa voix. Il a accompagné Olivier dans plus de 300 concerts au Québec et outre-mer depuis une dizaine d'années et fait aussi partie du Trio des Cantons et du groupe Musique à bouches qu'il accompagne de son pied d'or. En 2011,  c'est à pied levé qu'il est devenu la locomotive du Bal à l'huile et qu'il a apporté toute son expérience de scène afin de bonifier les spectacles et le nouvel album de la formation.


normand_bretonNormand Breton

Accordéons

Originaire de St-Gérard, Normand a été inspiré par son père qui a toujours égayé les soirées dansantes avec son accordéon. C’est à l’âge de 16 ans que Normand a appris l’instrument grâce notamment à Yves Hélie et à Lauréat Caron, maîtres accordéonistes de l’Estrie. Sa rencontre avec le « violoneux » Danny Perreault lui a permis de découvrir un répertoire plus vaste. Ensemble,  ils ont formé le duo Archetdéon. En 2005, Normand est devenu membre du Bal à l’huile. Guidé par les chansons du groupe,  il y ajoute ses influences des maritimes,  de l’Irlande,  d’Écosse et du Québec. Il a composé la musique de plusieurs pièces qui se retrouvent sur l’album "Maudit que j’filais ben" ainsi que sur « T'en souviens-tu? ». D'ailleurs, deux de ses compositions instrumentales se retrouvent sur ce dernier album du Bal.


paulyn_lacroisPaulyn Lacroix

Voix, guitare, mandoline, banjo

De Sherbrooke et guitariste de métier, Paulyn détient un baccalauréat spécialisé en guitare de l’Université de Montréal. Il a plus de 40 ans de métier comme auteur-compositeur-interprète et consacre sa vie à la musique tant sur scène que sur disque. Fort de son immense talent,  de son expérience et de ses neuf albums,  Paulyn consacre sa vie aux musiques de tous genres. C’est à l’automne 2009 qu’il a fait une première écoute de l’album du Bal à l’huile. Sa réaction a été instantanée. Il est tombé sous le charme des arrangements musicaux et vocaux qui font en sorte de raviver sa fibre traditionnelle. De fil en aiguille, les astres se sont alignés. Paulyn s’est joint au groupe à l’hiver 2010 en ajoutant sa touche unique. C'est lui qui nous interprète d'ailleurs « Le grand six pieds » sur l'album « T'en souviens-tu? ».


Guy Bretonguy_breton

Voix, contrebasse et basse électrique

Le Sherbrookois Guy Breton est vraisemblablement une figure emblématique de la contrebasse et de la basse en Estrie. Son impressionnante feuille de route musicale témoigne de 40 ans de vie au service de la musique. Il a commencé sa carrière de bassiste et de contrebassiste en 1974 où il a accompagné Raymond Lévesque, auteur-compositeur-interprète québécois. Au fil du temps, Guy a fait partie d’une panoplie de formations musicales et touche différents univers sonores. Jouissant d’une réputation qui le précède,  Guy a accompagné Garou entre 1993 et 1996. À travers ses multiples engagements professionnels, Guy a choisi de faire partie du Bal à l’huile en 2010 et par le fait même de mettre son talent,  sa vivacité et sa rigueur au service de la musique traditionnelle.


Historique

C'est en 1997 que Patrick et Jean décident de se rencontrer ponctuellement pour chanter ensemble au milieu des accordéons, violons et autres instruments. Reconnaissant qu’ils ne peuvent donner vie à tous ces instruments en même temps,  ils invitent alors des amis à se joindre à eux. Petit à petit, Le Bal à l’huile voit le jour. Pour le premier spectacle en 1998,  la formation était composée de 8 membres. Au fil des ans, certains quittent le groupe et d’autres s’y joignent.Cela n’empêche pas le Bal de continuer à se produire un peu partout au Québec.

En 2009, c’est le grand coup pour le groupe. L’idée de faire un album est lancée.  La sortie de « Maudit que j’filais ben » sonne donc le départ d’une nouvelle aventure pour Le Bal à l’huile. L’album est bien reçu dans le milieu « trad » mais aussi,  à la surprise du groupe,  par des gens qui s’intéressent moins à ce genre musical. La popularité et la notoriété du groupe font en sorte de favoriser la présentation de spectacles qui sont hors des sentiers battus pour Le Bal à l’huile. En plus des festivals de musique folklorique, on peut maintenant voir la formation lors de toutes sortes d'événements, qu'ils soient majeurs comme la fête nationale du Québec, devant des milliers de personnes,  ou lors de spectacles plus intimes sur de plus petites scènes; Le Bal à l’huile y va toujours avec la même énergie festive qui plaît tant à tous les groupes d’âge.

Après une expérience plus que positive en France, où Le Bal à l’huile fut l’un des 6 coups de cœur parmi les 325 groupes présents au Festival International de Musique Universitaire de Belfort en Franche-Comté, la formation estrienne visite trois fois l’Ouest canadien où l’accueil se veut encore des plus chaleureux de la part des spectateurs présents. En 2013,  un nouvel élan est donné au groupe avec la sortie du deuxième album, « T’en souviens-tu? »,  qui donne encore beaucoup d’importance aux arrangements vocaux tout en laissant de plus en plus de place aux talents des musiciens de la formation. Le Bal à l’huile reprend la route en 2014 avec le même entrain qui le caractérise, et surtout, avec la fierté de présenter son nouvel album aux gens déjà rencontrés par le passé et à ceux qui le découvriront pour la première fois. Et peut-être qu’un jour, tous se diront: « Bien sûr que je m’en souviens! »